Statistiques 2011 : Une autre année de croissance

Le Québec compte 20 969 médecins

6 février 2012

Le Collège des médecins du Québec a compilé les statistiques du tableau de ses membres au 31 décembre 2011. Au Québec, on compte maintenant 20 969 médecins, soit 505 de plus qu’au 31 décembre 2010. Plus précisément, au cours de l’année 2011, 776 médecins ont été inscrits au tableau et 271 médecins ont été retirés pour cause de décès, de démission, d’expiration de permis ou de radiation. Cet ajout net de 505 membres est le meilleur gain du nombre de médecins depuis 1996.

Un nombre record de médecins actifs
Parmi les 20 969 médecins inscrits au tableau du Collège, 18 924 (90,2 %) sont actifs professionnellement et 2 045 (9,8 %) sont retraités. On dénombre 9 777 spécialistes en médecine de famille alors que 10 807 médecins exercent dans l’une des 53 autres spécialités reconnues au Québec.

Une profession qui tend à se féminiser
Au total, les quatre facultés de médecine comptent 3 636 étudiants et 3 530 résidents. Parmi les étudiants en médecine, il y a 2 293 femmes (63,1 %) et 1 343 hommes (36,9 %), alors que la proportion femmes/hommes chez les médecins inscrits au tableau est de 8 469 (40,4 %) et de 12 500 (59,6 %). On peut conclure que d’ici quelques années, la profession médicale se composera majoritairement de femmes. Par ailleurs, en 2011, malgré l’arrivée de nombreux jeunes médecins dans le réseau de la santé, l’âge moyen des médecins a augmenté légèrement pour atteindre 52,8 ans comparativement à 52,7 ans en 2010.

Un médecin sur dix diplômé à l’étranger
Quant à la répartition des médecins inscrits au tableau selon le lieu d’obtention de leur diplôme en médecine, 18 539 (88,4 %) ont obtenu leur certification au Canada, 108 (0,5 %) aux États-Unis et 2 322 (11,1 %) dans plus de 75 autres pays.

Plus de médecins à Montréal
Sur le plan de la répartition géographique, le nombre de médecins exerçant au Québec est plus élevé à Montréal, en Montérégie et à Québec. Les régions du Grand Nord, de la Côte-Nord et de la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine sont celles où l’on retrouve le moins de médecins en exercice.

Enfin, l’augmentation du nombre d’étudiants en médecine depuis 2000 permet au Québec de compter de plus en plus de médecins. Cette tendance continuera à s’accentuer encore pour quelques années, et ce, malgré les départs à la retraite ou les décès. Gardons en tête que c’est en positionnant le bien-être du patient au cœur de nos actions et de nos décisions que nous pourrons améliorer l’état du réseau de la santé québécois.


Charles Bernard, M.D.
Président-directeur général
Collège des médecins du Québec


 

 
 

© 2009 Collège des médecins du Québec