24 OCTOBRE 2012

Approvisionnement sécurisé des médicaments au Canada : Y a-t-il un responsable quelque part?

PARTAGER

À plusieurs reprises au cours des derniers mois, la sécurité dans la dispensation de soins de santé a été menacée par la rupture d’approvisionnement de certains médicaments essentiels. Cette situation a affecté particulièrement les services d’urgence, les soins intensifs et les salles d’opération qui sont névralgiques dans le continuum des soins.

Le Collège des médecins du Québec, l’Ordre des pharmaciens du Québec, l’Association des pharmaciens des établissements de santé du Québec et l’Association québécoise des pharmaciens propriétaires ont soumis conjointement, le 16 avril 2012, neuf recommandations aux autorités gouvernementales fédérales et provinciales, aux compagnies pharmaceutiques, aux distributeurs et aux pharmaciens afin de minimiser l’impact et la fréquence de ces ruptures.

Nous sommes conscients que ce problème de santé publique est complexe mais depuis le dépôt du rapport, peu ou pas de mesures ont été prises afin d’atténuer ou de diminuer les dangers potentiels de ces pénuries.

Au XXIe siècle, la sécurisation de l’accès aux médicaments est maintenant reconnue comme un service essentiel. Force est de constater qu’il n’est toujours pas possible d’identifier, à ce jour, une autorité dûment mandatée pour assurer la disponibilité de médicaments jugés essentiels aux activités médicales courantes. Que faudra-t-il pour réveiller les autorités gouvernementales concernées, Santé Canada et les compagnies pharmaceutiques?

Charles Bernard, M.D.
Président-directeur général
Collège des médecins du Québec