16 JUIN 2021

Bilan de mi-année : un Collège en action

PARTAGER

Dr Mauril GaudreaultNous voici presque à mi-parcours de cette année 2021, tout aussi mouvementée que le fut 2020. Qui dit mouvement, dit action. Face à de nouvelles réalités, notre société bouge et s’adapte rapidement. Le Collège s’inscrit dans cette mouvance et contribue à faire évoluer les choses.

Au cours des derniers mois, nous avons pris position, ouvert des portes, nourri certains débats de société, engagé le dialogue. Nous avons tiré la sonnette d’alarme sur les besoins urgents en santé mentale et souligné la détresse vécue par le personnel soignant. Nous avons adhéré au Principe de Joyce et dénoncé le racisme systémique dans les soins de santé. Nous avons proposé des avenues pour rehausser la qualité et la sécurité des soins dans les CHSLD. Nous avons donné des balises, que ce soit sur l’usage de la colchicine contre la COVID-19 ou sur les limites des téléconsultations. Il reste beaucoup à faire, et nous allons continuer de défendre nos valeurs et le bien public sur des enjeux de santé et de société.

Mourir dans la dignité : la loi québécoise enfin modifiée au bénéfice des patients

Au cours des dernières semaines, nous avons dénoncé l’incohérence des lois fédérale et provinciale encadrant l’aide médicale à mourir (AMM) et réclamé avec vigueur un amendement à la Loi concernant les soins de fin de vie, afin que soit levée l’exigence de fournir un deuxième consentement pour les patients en fin de vie. Nous saluons l’agilité des parlementaires, qui ont compris l’urgence de la situation et ont donné suite à notre demande. Des personnes gravement malades pourront enfin vivre leurs derniers instants dans un certain apaisement, tant pour eux que pour leurs proches. C’est le gain le plus précieux.

La collaboration interprofessionnelle à son plein potentiel

Sur le plan de la pandémie, la situation est encourageante. La résilience de la population a porté ses fruits et la campagne de vaccination est un succès, largement attribuable aux nombreux professionnels de la santé qui se sont dévoués pour la cause. La collaboration interprofessionnelle a été un atout majeur pour traverser cette crise sanitaire. 

Je tiens d’ailleurs à souligner la contribution de notre directeur général adjoint sortant, le Dr Jean-Bernard Trudeau, l’un des grands artisans de la collaboration interprofessionnelle au Québec. À quelques semaines de son départ à la retraite, je salue toute l’énergie qu’il a déployée pour construire des ponts entre les ordres professionnels au cours des 10 dernières années. Ses efforts ont mené à l’élargissement du rôle de plusieurs professionnels de la santé, et récemment à la mobilisation de vaccinateurs de tous les horizons professionnels pour lutter contre la COVID-19.   

L’apport des pharmaciens

L’élargissement du rôle des pharmaciens symbolise cette nouvelle ère de collaboration. Depuis l’adoption du projet de loi no 31, ils peuvent réaliser un éventail de nouvelles activités (dont la vaccination), ce qui améliore l’accès à divers services pour les patients. Le Collège est fier d’avoir contribué à ces avancées aux côtés de l’Ordre des pharmaciens du Québec. Depuis plusieurs années, nos deux ordres travaillent étroitement ensemble, notamment grâce au comité interordres CMQ-OPQ, auquel s’est ajouté récemment le comité de vigie à la suite de l’adoption du projet de loi no 31, auquel siège un patient partenaire. Ces rencontres favorisent le dialogue sur des dossiers d’intérêt commun, dont les questions relatives aux activités partagées. 

Un esprit de collaboration similaire est nécessaire entre professionnels sur le terrain. Les médecins doivent se rendre disponibles et communiquer de façon efficace et fluide avec les pharmaciens. Nous faisons partie de la même équipe, toujours au service des patients.

Je vous invite à lire cet article présentant des informations utiles.

Bon été!
Mauril Gaudreault, M.D.
Président