15 MAI 2019

De l’oubli des risques aux risques de l’oubli

Le mot du secrétaire
PARTAGER

Photo du Dr Yves Robert, secrétaire

L’oubli des risques

Depuis quelques semaines, on observe un retour de la rougeole en Amérique du Nord et, parallèlement, le retour du débat périodique autour de l’immunisation. Ayant passé plus de la moitié de ma carrière à organiser et à structurer le programme d’immunisation du Québec, la tentation était grande pour moi de commenter la situation actuelle.

L’immunisation est, de loin, la mesure préventive la plus efficace de santé publique. Elle fait la démonstration du paradoxe de la prévention : plus un programme de prévention est efficace… plus c’est difficile de le maintenir. En effet, plus il est efficace, moins on voit la maladie que l’on tente de prévenir. L’immunisation a permis d’éradiquer la variole, première maladie infectieuse à disparaître de la surface de la Terre, et d’endiguer ces autres maladies contre lesquelles on vaccine universellement : la diphtérie, le tétanos, la poliomyélite, la rougeole, la rubéole, les oreillons.

Dans les années 90, d’autres infections graves ont pratiquement été éliminées avec l’arrivée de nouveaux vaccins : par exemple, les infections à Haemophilus influenzae de type B (je me rappelle la crainte du jeune médecin de garde que j’étais à devoir intuber un jeune enfant souffrant d’épiglottite), les infections à méningocoque de type C dont l’éclosion, au début des années 90, a été responsable d’amputations et de décès survenant en moins de 24 heures chez des enfants et des adolescents. Pendant cette période, on sentait la menace et on posait moins de questions sur les effets secondaires du vaccin.

Quant à la rougeole, la dernière grande épidémie au Québec date de 1989 (plus de 10 000 cas). Le virus sauvage de la rougeole, beaucoup l’ignorent, a la capacité de demeurer muet dans le tissu cérébral de la personne infectée et d’agir comme un virus lent (slow virus). Cette propriété du virus lui permet, plusieurs années après la maladie aiguë, de causer une dégénérescence du cerveau appelée la panencéphalite sclérosante subaiguë (PSS), propriété que la souche vaccinale n’a pas. J’ai eu à traiter un des derniers cas de PSS au Québec pendant ma formation médicale, il y a 40 ans. Et je suis heureux quand j’en parle maintenant de voir de grands yeux d’ignorance s’ouvrir parce qu’on ne voit plus cette terrible manifestation de la rougeole.

L’efficacité vaccinale et le temps ont malheureusement un effet secondaire important : l’oubli. On ne se rappelle plus les risques de ce qu’on voulait prévenir et on ne parle que des effets secondaires de l’outil préventif, qu’ils soient réels ou hypothétiques.

Les risques de l’oubli

On voit alors un phénomène né en même temps que la première vaccination faite par Jenner en 1796 : le doute.

L’argumentation des antivaccinalistes n’a pas beaucoup changé depuis deux siècles :

  • Les vaccins sont dangereux et on tente d’établir un lien entre eux et des maladies dont les causes sont inconnues (autisme, syndrome de fatigue chronique, sclérose en plaques, etc.).
  • Il existe une conspiration pour imposer le pouvoir médicopharmaceutique. Certains évoquent même un complot visant à éliminer certaines portions de la population.
  • Les maladies infectieuses ont diminué grâce à l’amélioration de l’environnement sociosanitaire. (Comment expliquer, alors, la disparition spécifique de certaines infections en moins d'une décennie, et précisément celles visées par les vaccins?)

Et puis parfois l’antivaccinalisme n’est pas toujours désintéressé, comme en font foi certains produits alternatifs proposés, qualifiés de « naturels » et ayant pour but de soi-disant renforcer le système immunitaire.

On exploite le doute. Comme je l’ai déjà écrit : « une goutte de doute a parfois plus d’effet qu’un océan de preuves ». Et ce doute est nourri par l’absence de culture scientifique, où pour le public et les médias, toutes les études publiées s’équivalent et constituent des preuves. Et on oublie que l’article publié par Andrew Wakefield en 1998 dans la revue The Lancet sur l’autisme et le vaccin contre la rougeole n’était qu’une hypothèse et ne démontrait pas le lien de causalité entre les deux…

Je retiens trois choses de la présente situation :

  1. Une nouveauté : beaucoup de chroniqueurs s’étonnent des fausses croyances autour de la vaccination et les dénoncent. C’est de bon augure. J’étais plutôt habitué à devoir convaincre les journalistes qui cherchaient davantage la controverse que la vérité scientifique. Il y a donc de l’espoir.
  2. Une vérité : je vieillis. Parce que je dois constater que je bascule du côté des derniers témoins des effets de ces maladies que l’on veut prévenir. Et que je dois contribuer à témoigner et à combattre l’effet du temps et de l’oubli.
  3. Une crainte : qu’en continuant à vieillir, je puisse revoir ce que j’ai passé une partie de ma vie à prévenir, à cause de l’oubli, des croyances erronées et de la puissance des médias sociaux qui a des effets tout aussi bénéfiques que nocifs.

Et je reste pantois devant cette dernière question : comment en arrive-t-on à accepter qu’une maladie ou une mort évitables réapparaissent?

C’est peut-être un des mystères de la nature humaine.

Que l’on oublie parfois...
 

Yves Robert, M.D.
Secrétaire
Collège des médecins du Québec