4 OCTOBRE 2012

L’exercice illégal de la médecine : un véritable fléau

PARTAGER

Depuis quelques jours, le quotidien La Presse publie une série d’articles qui est le fruit d’une enquête bien documentée sur l’exercice illégal de la médecine et les approches alternatives en santé.

Cet excellent reportage de la journaliste Marie-Claude Malboeuf démontre l’importance du phénomène et l’engouement de plusieurs Québécois pour ces techniques souvent ésotériques, et parfois même dangereuses. L’infiltration des charlatans dans tous les milieux et dans toutes les régions du Québec, leurs méthodes plus ou moins « clandestines » font en sorte qu’il est difficile de freiner leurs activités.

Bien que le Collège des médecins poursuive certains de ces individus devant la Cour du Québec, il demeure que les amendes imposées ne sont assurément pas assez dissuasives pour empêcher ces charlatans de pratiquer illégalement la médecine. C’est la raison pour laquelle le Collège demandera au gouvernement de revoir la nature et la sévérité des sanctions prévues pour cette infraction au Code des professions.

D’ici là, le meilleur remède demeure la prévention. Mieux informés grâce à des articles comme ceux publiés récemment, mieux outillés en sachant quelles questions poser1, les patients connaîtront davantage les dangers et les préjudices potentiels liés à ces approches expérimentales et farfelues. Les charlatans pourront ainsi, un jour, cesser de prospérer (c’est du moins ce qu’on espère).

Ne perdons pas de vue que les patients sont souvent vulnérables, et demeurent des proies faciles pour les beaux parleurs qui font miroiter de miraculeuses guérisons. Ensemble, soyons vigilants.

Charles Bernard, M.D.
Président-directeur général
Collège des médecins du Québec

_________________________

1 Collège des médecins du Québec, Traitements non reconnus : posons-nous des questions – Extrait de l’énoncé de position Le médecin et les traitements non reconnus, 2006, accessible dans le site Web du Collège.