6 FÉVRIER 2013

Une mise à jour de la loi s’impose!

PARTAGER

Le Conseil d’administration du Collège des médecins du Québec réaffirme sa position face aux inconduites sexuelles et aux fautes médicales graves commises par des médecins : tolérance zéro!

Le Collège s’inscrit dans cette voie depuis les années 1990, mais des décisions rendues récemment soulèvent des interrogations.

En effet, la lenteur du processus disciplinaire, particulièrement pour les délibérés du conseil de discipline, et la légèreté des sanctions imposées aux médecins sont dénoncées ces jours-ci dans les médias. Cette situation est malheureusement le lot de plusieurs ordres professionnels et provoque actuellement une remise en question du système disciplinaire. À ce chapitre, l’Office des professions, qui chapeaute les 44 ordres professionnels du Québec, a un rôle clé à jouer.

Il est impératif de modifier et de moderniser le système disciplinaire. Le système professionnel québécois doit être juste, crédible et aligné avec les valeurs de la société. C’est l’unique façon de conserver la confiance du public et des professionnels, et surtout, de remplir notre mandat de protection du public.

En clair, le Collège réaffirme sa volonté de voir les délais réduits et les sanctions proportionnelles à la gravité des fautes reconnues.

Une mise à jour de la loi s’impose!

Charles Bernard, M.D.
Président-directeur général
Collège des médecins du Québec