30 MARS 2016

Orienter n'égale pas prescrire

Par la Direction générale
PARTAGER
Rappelons que seuls les médecins et les professionnels habilités par la loi peuvent prescrire des analyses ou des examens. Conséquemment, les professionnels de la santé concernés procèdent aux analyses ou aux examens demandés selon leur champ d'exercice, en vertu d'une ordonnance faite par un médecin ou un professionnel autorisé par la loi.

Au cours des derniers mois, le Collège des médecins du Québec (Collège) a été sollicité pour donner son avis sur la possibilité, pour les différents professionnels de la santé et des services sociaux (professionnels de la santé), de référer1 directement des patients à des médecins spécialistes par souci d'optimisation des soins.

Nous vous rappelons qu’il est autorisé qu’un professionnel de la santé non-médecin oriente son patient vers un médecin spécialiste (p. ex. : un optométriste qui dirige un patient vers un ophtalmologiste, un psychologue vers un psychiatre, un audiologiste vers un otorhinolaryngologiste, etc.). Cet état de fait a toujours existé2 et il favorise une prise en charge efficace et plus rapide pour le patient qui sera évalué directement par le médecin spécialiste le plus approprié pour sa condition médicale.

Toutefois, certains médecins spécialistes pourront exiger qu’une évaluation par un médecin de première ligne soit réalisée avant d’accepter la demande de consultation afin de déterminer si des soins spécialisés de deuxième ligne sont requis. Cela s’inscrit dans l’objectif d’utiliser judicieusement les ressources consacrées aux soins de santé.

Plus spécifiquement, le Collège a été interpellé pour donner son avis sur les demandes d’orientation (référence) en radiologie faites par les physiothérapeutes.

Mentionnons d’abord qu’il n’est pas permis au physiothérapeute de prescrire un examen d’imagerie médicale. Si ce professionnel juge qu’un tel examen est requis pour son patient, il devra lui recommander de voir son médecin traitant. Le physiothérapeute pourra alors transmettre une note au médecin pour lui faire part de son avis et de sa recommandation.

Par ailleurs, un médecin de famille qui a déjà évalué le patient pour sa condition clinique et qui travaille en collaboration étroite avec un physiothérapeute pourrait, à la suite des interventions de ce dernier, lui communiquer une ordonnance verbale pour la réalisation plus rapide d’un examen radiologique.

Le physiothérapeute complètera alors une requête pour un examen radiologique selon l'ordonnance verbale reçue du médecin, qui sera clairement identifiée sur la demande. En recevant cette ordonnance, le professionnel de la santé responsable d’effectuer l’examen demandé sera alors légitimé de procéder et le radiologiste, toujours en lien avec l'exemple décrit, sera aussi légitimé d'interpréter l'examen et de faire parvenir ses conclusions au médecin de famille et au physiothérapeute. Le médecin de famille sera alors responsable d’assurer le suivi requis selon les résultats de l’investigation.

Certaines cliniques de radiologie et certains radiologistes offrent à la clientèle des traitements sous guidage radiologique, notamment des infiltrations ou des épidurales. Dans ces circonstances, lorsqu’un radiologiste accepte de recevoir directement un patient qui lui a été référé par un physiothérapeute pour ce type de traitement, le radiologiste devient alors le médecin traitant du patient et doit assumer toutes les responsabilités qui suivent afin de respecter ses obligations déontologiques. Le radiologiste doit :

  • Établir un diagnostic précis ou un diagnostic différentiel à la suite d’une évaluation adéquate de la condition médicale du patient;
  • Élaborer un plan de traitement incluant la prescription des analyses, des examens et de la médication requise pour le patient;
  • Assurer le suivi médical requis par l’état du patient pour l’épisode de soins;
  • Prévoir des plages horaires pour le suivi du patient et non uniquement sur le plan radiologique.

Si le patient a un médecin de famille, le radiologiste peut alors convenir du suivi médical avec ce dernier. Ce suivi pourrait également se faire en collaboration avec le physiothérapeute. Il est donc important que les canaux de collaboration et de communication entre les médecins de famille, les physiothérapeutes et les radiologistes soient préétablis au bénéfice du patient.

En résumé, selon l’exemple décrit précédemment :

Nous tenons à rappeler que le Collège a publié un Cadre d'analyse des demandes de partage d'activités médicales en juin 2015 qui établit clairement le rôle primordial du médecin de famille quant au suivi de son patient :

Il demeure primordial qu’en tout temps le médecin de famille du patient soit impliqué dans le suivi général de son patient. Dans les situations où des épisodes de soins pourraient avoir lieu entre les professionnels de la santé qui font la demande d’autorisation et un médecin spécialiste autre que le médecin de famille, il est primordial que le médecin de famille soit bien informé et qu’il reçoive l’information globale concernant les soins de son patient pour une gestion des soins sécuritaires et de qualité. Le tout se veut en appui au rôle intégrateur incontournable que doit jouer le médecin de famille pour l’ensemble des soins reçus.

______________________________________

1 Selon l'Office québécois de la langue française, il est préférable d'utiliser le terme diriger ou orienter. Le terme référer est calqué sur l'anglais refer to. Cependant, compte tenu de l'emploi extrêmement courant au Québec du mot « référer » dans le sens de « référer à quelqu'un », il a été conservé ici.

2 Le Conseil médical du Québec, dans un avis sur la hiérarchisation des services médicaux publié en juin 1995, exprimait clairement que « la référence » en rapport avec la compétence était possible pour les professionnels en première ligne afin de donner accès aux patients à des services médicaux de deuxième ligne.