14 NOVEMBRE 2011

Pas d’âgisme au Collège

PARTAGER

Pas d’âgisme au Collège des médecins, mais un souci de rigueur, de cohérence et de compétence.

En réaction à l’article publié dans La Presse aujourd’hui (Un chiffon jetable), je souhaite rappeler que le premier rôle du Collège est de s’assurer que le médecin exerce une médecine de qualité. Tous les médecins inscrits au tableau de l’ordre et ayant une pratique active sont soumis aux mêmes règles et exigences. Tous les médecins sont tenus de maintenir leur compétence, et s’ils sont visités par un inspecteur de la Direction de l’amélioration de l’exercice du Collège, ils sont soumis aux mêmes normes d’inspection.

Je comprends le désarroi et l’inquiétude des médecins qui doivent réussir un stage de perfectionnement pour pouvoir continuer d’exercer. Cependant, je crois fermement que notre rôle de protection du public exige cette cohérence et cette rigueur dans l’application de standards de qualité.

Un médecin plus âgé qui ne répond pas à ces exigences de pratique doit se soumettre à un stage de formation et de mise à niveau, comme tous les médecins d’ailleurs. Si le médecin décide de se retirer, il évitera le stage. Cela demeure son choix.

Charles Bernard, M.D.
Président-directeur général
Collège des médecins du Québec