19 FÉVRIER 2014

Projet de loi 52, la Loi concernant les soins de fin de vie

Le projet de loi 52 doit être adopté
PARTAGER

Fruit d’un rare travail non partisan qui s’est étendu sur plus de quatre années, le projet de loi 52, la Loi concernant les soins de fin de vie, risque maintenant de mourir au feuilleton dans l’indignité. Les quatre ordres signataires de ce communiqué jugent qu’il est malheureux de retarder l’adoption de ce projet de loi par l’Assemblée nationale, car il répond aux attentes de la population qui s’est exprimée à maintes reprises sur la question.

Le projet de loi 52 représente une avancée majeure pour la dignité et l’autodétermination des personnes en fin de vie et la société québécoise est prête à aller de l’avant. Si le projet de loi 52 n’est pas adopté et que l’Assemblée nationale est dissoute, une grande partie du travail rigoureux et titanesque déjà effectué entourant cette nouvelle législation sera à refaire.

La mission première des quatre ordres professionnels signataires est la protection du public et ceux-ci ont tous été favorables à l’adoption du projet de loi 52. En venant baliser les soins de fin de vie, ce projet de loi s’inscrit dans cette mission de protection du public.

Barreau du Québec
Me Johanne Brodeur, Ad. E., bâtonnière du Québec
Téléphone : 514 954-3489

Chambre des notaires du Québec
Me Jean Lambert, président
Cellulaire : 514 668-4564

Collège des médecins du Québec
Dr Charles Bernard, président-directeur général
Téléphone : 514 933-4179

Ordre des infirmières et des infirmiers du Québec
Mme Lucie Tremblay, présidente-directrice générale
Cellulaire : 514 895-1987