26 SEPTEMBRE 2016

Qui protège quoi?

PARTAGER

Depuis sa création législative, en 1847, le Collège des médecins du Québec, qui se nommait alors Collège des médecins et chirurgiens du Bas-Canada, s’est toujours fixé une seule mission, soit offrir une médecine de qualité au service du public.

À cette époque, avec l’aval de l’État, un groupe de médecins universitaires et cliniciens de la communauté créait un organisme d’autorégulation afin de protéger la santé publique et de contrôler la pratique médicale. Le législateur confiait alors au Collège les pouvoirs de réglementer les études médicales, de contrôler l’admission à l’exercice de la médecine, de surveiller la pratique médicale et de réprimer l’exercice illégal de la médecine.

Le rôle de l’organisation, dès le départ, était donc de régir l’exercice de la profession, et non de défendre l’intérêt de ses membres.

Au début des années 70, le cadre réglementaire évolue : le législateur institue le Code des professions ainsi que l’Office des professions du Québec, qui appuient le principe d’autorégulation des professions. Dès lors, il emprunte un modèle qui avait fait ses preuves tout en s’adaptant aux besoins de son temps.

Après bientôt 170 ans d’existence, le Collège poursuit toujours sa mission de protection du public. Aujourd’hui, ses objectifs sont  les mêmes :

  • admission à la profession;
  • formation et maintien des compétences;
  • contrôle de l’exercice de la profession;
  • répression de l’exercice illégal.

C’est dans cet esprit que le système professionnel québécois doit poursuivre son évolution, en préservant ses valeurs fondamentales. Il est impératif de se doter des outils nécessaires afin que les ordres professionnels puissent continuer d’assurer la protection du public.

Charles Bernard, M.D.
Président-directeur général
Collège des médecins du Québec


Vous avez un commentaire? Nous encourageons les débats d'idées.
Écrivez-nous à l'adresse collegedesmedecins@cmq.org, en précisant vos nom et prénom.
Votre commentaire pourrait être publié s'il respecte la nétiquette du site.