23 SEPTEMBRE 2016

Sédation palliative continue en soins intensifs : du raisonnement clinique à la déclaration au conseil des médecins, dentistes et pharmaciens

Avis du groupe de travail en éthique clinique
PARTAGER

La Loi concernant les soins de fin de vie encadre le processus décisionnel menant à une sédation palliative continue (SPC) et exige une évaluation de la qualité de cet acte médical par les pairs. Cependant, les intensivistes s’interrogent : parmi les différents types de sédations induites en soins intensifs, lequel répond à la définition de la SPC au sens de la loi? Quand est-il pertinent de déclarer une sédation au conseil des médecins, dentistes et pharmaciens de l’établissement? L’avis du groupe de travail en éthique clinique du CMQ montre comment le raisonnement clinique, en fonction d’indications précises et en respectant un processus décisionnel rigoureux, est susceptible de mener, ou non, à l’instauration d’une SPC. Il rappelle que la SPC demeure un geste exceptionnel, y compris en soins intensifs, et qu'en évaluer la pratique permettrait de mieux répondre aux besoins des patients souffrants en fin de vie.

À consulter également :