Activités de perfectionnement individualisées

Niveau 3
PARTAGER

De nombreux programmes de perfectionnement individualisés sont organisés chaque année par la Direction de l’amélioration de l’exercice. Ces programmes peuvent comprendre:

des stages de perfectionnement, qui peuvent se faire à temps plein ou à temps partiel;
des tutorats cliniques, qui consistent en une revue de dossiers médicaux d’un médecin avec un collègue tuteur;
des lectures dirigées d’articles de publications médicales, de guides de pratiques ou d’ouvrages de référence.

Le contenu d’un programme, les objectifs d’apprentissage de même que le type et la durée de l’activité qu’il comprend sont déterminés individuellement, en fonction des besoins pédagogiques particuliers de chaque médecin. Par exemple, pour les médecins qui ont passé une entrevue orale structurée, le contenu et les objectifs du programme sont fixés à partir du rapport préparé par les médecins évaluateurs-pairs.

Les programmes individualisés de perfectionnement sont organisés pour des médecins référés à la DAE :

  • à la suite d’une suggestion du comité d’inspection professionnelle (CIP);
  • à la suite d’une entente entre la Direction des enquêtes (Syndic) et un médecin;
  • à la suite d’une décision du conseil de discipline du Collège;
  • à la suite d’une décision du comité exécutif du Collège; ou
  • dans le cadre d’une démarche personnelle d’un médecin (retour à l’exercice, changement de champ de pratique, etc.).

Les médecins sont référés à la DAE en vue de l’organisation d’un programme individualisé de perfectionnement pour les raisons suivantes :

  • un retour à la pratique; ou
  • une réorientation de carrière (changement de champ de pratique); ou
  • à la suite d’une radiation du tableau des membres ; ou
  • le plus souvent, un problème de qualité de l’exercice constaté par le CIP, la Direction des enquêtes (Syndic), le conseil de discipline ou le comité exécutif du Collège.

Les résultats des programmes individualisés de perfectionnement mis en place par la DAE sont très positifs. En effet, seulement 15 % des programmes se concluent par un échec du médecin qui y a participé, alors que l’activité est réussie ou partiellement réussie dans 85 % des cas.

Dernière mise à jour : 11 mars 2015