Pandémie : Le Collège poursuit l’ensemble de ses activités en mode télétravail. Bien que l’accès à nos bureaux demeure fermé jusqu’au mois de septembre, notre réceptionniste est disponible de 8 h à 12 h et de 13 h 15 à 16 h 30 du lundi au jeudi ainsi que le vendredi de 8 h à 12 h pour recevoir vos appels. Suivez notre fil d’actualité sur la COVID-19 pour en savoir davantage.

Consultations téléphoniques avec des patients non connus - Précisions

PARTAGER

Dans le contexte de la pandémie actuelle qui prévaut au Québec, des médecins se sont récemment adressés au Collège afin de connaître sa position quant aux consultations téléphoniques effectuées pour des patients non connus de leur clinique. Plus précisément, les médecins se demandent comment confirmer l’identité de ces patients.

Rappelons d’abord que dans ses guides d’exercice  portant sur les téléconsultations, le Collège recommande au médecin, dont le patient lui est inconnu, de lui demander d’afficher sa carte d’assurance maladie à l’écran, s’il s’agit d’une consultation couverte par la Régie de l’assurance maladie du Québec (RAMQ), ou une carte d’identité valide avec photo. 

Mais qu’en est-il pour les consultations téléphoniques en général?

Dans ce contexte, il est tout aussi important de pouvoir confirmer l’identité du patient, comme s’il se présentait à la clinique. Pour ce faire, le médecin doit, tout d’abord, lui demander son nom, son numéro de téléphone, son adresse, sa date de naissance et son numéro de carte de la RAMQ (y compris le numéro de séquence).

En complément de vérification, le médecin peut aussi demander au patient son numéro de dossier de l’établissement (hôpital, CLSC) rattaché à la clinique, le cas échéant. Il est également suggéré de vérifier certaines informations contenues au Dossier Santé Québec (DSQ), par exemple l’adresse du patient, le nom de sa pharmacie habituelle, sa dernière ordonnance, le nom de son médecin de famille (s’il y a lieu) ou toute autre information que lui seul pourrait savoir concernant sa santé et qui sont accessibles dans le DSQ.

Toutefois, advenant que ces informations ne soient pas accessibles ou si les demandes du patient semblent suspectes, le médecin doit s’abstenir de faire la consultation par téléphone. Dans ces cas, le patient pourrait être invité à se présenter sur place ou à se rendre à un point de service pouvant le recevoir.

Dernière mise à jour : 28 avril 2020