Pandémie : Le Collège poursuit l’ensemble de ses activités à distance et les visiteurs sont admis sur rendez-vous. La réception à nos locaux est ouverte du lundi au jeudi de 8 h à 16 h 30, mais fermée entre 12 h et 13 h 15.
Suivez notre fil d’actualité sur la COVID-19 pour en savoir davantage.

Au front contre le virus, les médecins s’adaptent… leur Collège aussi

Éditorial du président
PARTAGER

Photo du Dr Mauril Gaudreault, président

« Nous sommes en guerre actuellement... » C’est en ces mots que notre premier ministre François Legault a résumé, le 22 mars dernier, la situation exceptionnelle et préoccupante que nous vivons en cette période de pandémie. Cette situation place toute la communauté médicale sous haute tension. Les heures consacrées à l’effort ne se comptent déjà plus.

Les médecins, et tout le personnel soignant, sont au front depuis plusieurs jours, par nécessité et par devoir. Dans ce contexte qui amène les équipes soignantes à prendre des décisions ou à poser des gestes en réponse à une situation sans précédent, il a été demandé au Collège de préciser quels sont les devoirs des médecins.

Je ne veux pas répéter ces devoirs, qui sont déjà présentés dans notre énoncé de position sur le médecin et les urgences sanitaires. Mais je dirai ceci : l’application des obligations déontologiques est tout autre dans un contexte de pandémie, qui affecte la société tout entière.  

En ce temps de « guerre », le Collège dans son ensemble, y compris son bureau du syndic, adaptera ses actions en faisant preuve de compréhension, de compassion, de souplesse et de l’ouverture nécessaire lorsque viendra le moment d’examiner des situations qui pourraient être portées à son attention. Il tiendra compte du contexte particulier d’urgence dans lequel le médecin aura agi et où l’intérêt collectif était en cause.

En cette matière, c’est le principe du « plus compétent dans les circonstances » qui doit s’appliquer, en sachant que tous doivent contribuer et effectuer des activités médicales qui pourraient ne pas leur avoir été familières avant la pandémie. En effet, il se pourrait qu’un médecin soit la personne la plus compétente pour agir dans les circonstances, même si l’intervention se situe hors de son domaine habituel de pratique. L’objectif global est de tirer le meilleur parti de ressources humaines rares et précieuses en ces temps exceptionnels. L’Association canadienne de protection médicale a exprimé un message similaire dans son site Web.

Une « guerre » comme celle-ci est un appel au dépassement pour tous. Plus que jamais, les règles à appliquer sur le terrain ne seront pas toujours écrites et feront appel au jugement de chacun et à la capacité de décider.

Derrière l’armée au front, il y a une grande quantité de personnes et d’instances qui sont là pour amoindrir les risques, diriger les troupes et les soutenir avec dévouement. Le Collège en fait partie.

Cette guerre durera plusieurs semaines, mais j’ai la conviction que nous la gagnerons à force de discipline, de rigueur, de détermination et d’engagement. Le défi est à la mesure de notre profession. Soyons-en dignes et nous en ressortirons tous grandis.

Mauril Gaudreault, M.D.
Président
Collège des médecins du Québec

Dernière mise à jour : 27 mars 2020