Syphilis et grossesse : redoubler de vigilance!

PARTAGER

La syphilis est en augmentation au Québec. En 2017, 172 cas de syphilis ont été déclarés chez la cohorte de femmes en âge de procréer (15-49 ans). Depuis 2016, 7 cas de syphilis congénitale ont été répertoriés. Cet enjeu préoccupe grandement le Collège des médecins du Québec, considérant que cette infection chez le nouveau-né peut facilement être prévenue grâce au dépistage et au traitement précoce de la syphilis chez la femme enceinte. Lorsqu’une femme enceinte consulte pour un problème de santé ou dans le cadre d’un suivi de grossesse, des mises en garde s’imposent.

D’abord y penser!
  • La syphilis est le plus souvent asymptomatique.
  • Tout ulcère doit faire penser à éliminer le diagnostic de syphilis primaire (surtout si cet ulcère est génital, anal ou buccal).
  • Toute éruption cutanée doit faire penser à éliminer le diagnostic de syphilis secondaire.
Dépistage de la syphilis
  • Proposer systématiquement le dépistage sérologique de la syphilis dès la première visite prénatale.
  • Évaluer les facteurs de risque tout au long du suivi de grossesse et, au besoin, répéter les examens sérologiques, selon les recommandations.
  • Indiquer clairement sur la requête accompagnant la demande de dépistage sérologique de la syphilis que cet examen est réalisé dans le contexte d’une grossesse.
  • Assurer le suivi des résultats des examens demandés en cours de grossesse.
  • En l’absence de suivi de grossesse ou de dépistage en cours de grossesse, ou en présence de facteurs de risque d’acquisition après le dernier examen de dépistage, il est recommandé de procéder au dépistage de la syphilis chez la mère lors de l’accouchement.
En présence d’un diagnostic possible de syphilis chez la femme enceinte ou le nouveau-né

Si le test s’avère positif chez la femme enceinte, il y a urgence de consulter un spécialiste en la matière (microbiologiste-infectiologue, infectiologue avec expertise en santé maternelle et néonatale ou spécialiste en médecine fœto-maternelle) et de procéder à l’évaluation clinique pour :

  • établir un diagnostic et déterminer le stade de la syphilis;
  • administrer un traitement approprié selon le stade, le plus rapidement possible;
  • élaborer un plan de suivi pour la femme enceinte;
  • avant la naissance, élaborer un plan de prise en charge du nouveau-né en collaboration avec l’équipe de professionnels impliqués dans l’accouchement et dans le suivi néonatal.

Dans le contexte de la grossesse, que le diagnostic de syphilis maternelle ou congénitale soit évoqué, présumé ou confirmé, il est indiqué d’agir rapidement et d’élaborer le plan de traitement, tant pour la mère que pour le nouveau-né à venir.

Lors de l’accouchement
  • Le bilan d’un décès fœtal de plus de 20 semaines de gestation devrait comprendre une sérologie pour la syphilis au moment de l’accouchement.
  • Aucune mère ou aucun nouveau-né ne devrait quitter l’établissement de santé sans que l’on connaisse le résultat des sérologies maternelles pour la syphilis.
  • Dans le contexte d’une exposition à la syphilis in utero, il est indiqué de consulter un spécialiste en pédiatrie et maladies infectieuses pour déterminer la prise en charge du nouveau-né (investigation et traitement).
Pour en savoir davantage, consultez le document Syphilis et grossesse : redoubler de vigilance! accessible en ligne.
Ressources

Contacter les microbiologistes-infectiologues (clientèle adulte et pédiatrique) de votre établissement.

Pour des ressources spécialisées

Clinique d'infectiologie maternelle et infantile du Centre mère-enfant Soleil (CMES) du CHU de Québec

La Clinique d'infectiologie maternelle et infantile du CMES du CHU de Québec offre des services de diagnostic, de traitement et de suivi pour les femmes enceintes et les nouveau-nés du RUIS de l’Université Laval.

  • Pour toute question concernant la femme enceinte : contacter le microbiologiste-infectiologue adulte de garde.
  • Pour toute question ayant trait à la périnatalité ou au nouveau-né : contacter l’infectiologue pédiatrique de garde.
Centre d’infectiologie mère-enfant (CIME) du CHU Sainte-Justine

Le CIME est un centre d’expertise multidisciplinaire axé sur l’enseignement, la recherche et la promotion de la santé dans le domaine des infections maternelles et fœtales. Ce centre offre une évaluation et un suivi intégré des femmes enceintes et de leurs enfants.

  • Pour toute question concernant la femme enceinte : contacter l'infirmière pivot au 514 345-4931, poste 2860. En cas d’urgence le soir et la fin de semaine : contacter le médecin de garde en grossesse à risque élevé.
  • Pour toute question ayant trait à la périnatalité ou au nouveau-né : contacter le pédiatre-infectiologue de garde.
Centre universitaire de santé McGill (CUSM)

Le CUSM offre des services de consultation à même ses activités cliniques.

  • Pour toute question concernant la femme enceinte : contacter la clinique de maladie infectieuse adulte.
  • Pour toute question ayant trait à la périnatalité ou au nouveau-né : contacter l’infectiologue pédiatrique de garde.
Clinique d’infectiologie mère-enfant du CIUSSS de l’Estrie du CHU de Sherbrooke

Cette clinique offre des services multidisciplinaires pour le diagnostic, le traitement et le suivi des femmes enceintes, des nouveau-nés et des enfants du RUIS de l’Université de Sherbrooke.

  • Contacter le microbiologiste-infectiologue de garde en pédiatrie-maternité
Accédez ici à une version imprimable de cette page sous forme d'aide-mémoire. 
Dernière mise à jour : 30 janvier 2019