Pandémie : Le Collège poursuit l’ensemble de ses activités à distance et les visiteurs sont admis sur rendez-vous.
Consultez la page Nous joindre pour connaître nos heures d’ouverture et nos coordonnées.

Téléconsultations et COVID-19 : attention au diagnostic différentiel!

Par la Direction des enquêtes
PARTAGER

La pandémie de COVID-19 a grandement accéléré le déploiement de la télémédecine et des consultations à distance, que ce soit par téléphone ou par visioconférence. Au cours des derniers mois, la Direction des enquêtes du Collège a effectué plusieurs rappels quant aux obligations déontologiques que doivent respecter les médecins dans ces circonstances1 . Néanmoins, elle reçoit régulièrement des signalements selon lesquels des médecins manqueraient à leurs devoirs envers leurs patients dans ce nouveau contexte. Ainsi, il semblerait notamment que certains médecins posent des diagnostics à distance sans tenir compte des symptômes de COVID-19 présentés par leurs patients, sans leur recommander de passer un test de dépistage de la COVID-19 et sans leur suggérer de s’isoler. 

En effet, il a été rapporté au Bureau du syndic que des patients souffrant d’essoufflement important, fatigue et toux ont reçu un diagnostic d’asthme, pour la première fois de leur vie et en consultation téléphonique, sans recommandation de faire un test de COVID-19 ou de consulter pour une évaluation en personne et sans autre investigation (ex. : spirométrie). D’autres patients présentant des maux de gorge et de la fièvre auraient obtenu par téléphone un diagnostic de pharyngite à streptocoque du groupe A, sans qu’un test de streptocoque ni un test de COVID-19 ne soient effectués. Des médecins auraient posé des diagnostics à distance pour des symptômes d’otites moyennes aiguës, ou parfois de diarrhées, avec prescription de médicaments, sans autre recommandation au patient. 

Il apparaît en effet inquiétant que des patients semblent privés d’une prise en charge complète, et voient leurs symptômes d’allure covidienne négligés par le médecin consulté. Alors que le cap des 100 000 patients infectés depuis le début de la pandémie a été franchi au Québec, il est primordial que les médecins gardent en tête la possibilité que leurs patients soient atteints de la COVID-19, et demandent les tests pertinents. Rappelons qu’en effectuant une consultation à distance, le médecin conserve l’obligation d’élaborer son diagnostic avec la plus grande attention, en utilisant les méthodes scientifiques les plus appropriées et, si nécessaire, en recourant aux conseils les plus éclairés (art. 46 du Code de déontologie des médecins). 

Par ailleurs, toutes les situations cliniques ne se prêtent pas nécessairement à la téléconsultation. En effet, le médecin doit déterminer si la condition médicale du patient qui souhaite le consulter à distance est appropriée à ce mode d’intervention. Dans la négative, le médecin devra procéder à l’évaluation du patient en personne ou le diriger vers une ressource ou un collègue qui sera en mesure d’effectuer cette évaluation. Dans le cas où des symptômes de COVID-19 sont présentés, le médecin doit diriger le patient vers une clinique désignée de dépistage et d'évaluation COVID-19 (CDE).

En conclusion, il est clair que le contexte actuel présente son lot de défis. Toutefois, les médecins doivent s’adapter et moduler leur approche en tenant compte de cette nouvelle réalité imposée par la pandémie. Plus que jamais, les médecins doivent utiliser leur jugement clinique et recommander le suivi et les tests appropriés, le cas échéant, pour la protection de leurs patients et de la société. 

Dernière mise à jour : 10 novembre 2020